J'ai testé pour vous : Exenos

Publié le par Arii Stef

La table non-euclidienne de notre club de Blagnac se réunit une fois par mois. Nous y testons des jeux de rôle qu’ils soient récents, anciens ou à l’état de projet. Pour cette partie d’Avril 2020, nous étions dans ce dernier cas : Ginkoko nous proposait Exenos, le jeu qu’il développe depuis plusieurs années. Notre partie a dû se dérouler via une table virtuelle sous Roll20 et Discord du fait du confinement, j’en parle parce que cela a eu une influence majeure sur la partie. J’y reviendrai.

L’univers

Parlons tout d’abord de l’univers d’Exenos. L’idée de départ de Ginkoko est de proposer un monde sans humain ou autre race classique de la fantasy. Le monde d’Exenos, appelé Paë, est peuplé de quatre types d’êtres conscients parmi les joueurs. Ces quatre types sont les suivants :

  • Les Diaphans : liés aux éléments, le plus souvent intangibles, ce sont des peuples rares, ne possédant pas de biens, ils sont immortels, assoiffés de connaissance et ils possèdent des pouvoirs liés aux éléments.
  • Les Silicés : Ce sont des robots, fabriqués dans des usines, nombreux, leur vie dépend de leur cortex en silice.
  • Les Acchinides : d’essence végétale ou proche (champignons, lichens), ne cessent de grandir, ils sont certes mortels, mais ont plutôt tendance dans leur vieil âge à s’endormir et devenir des végétaux, ils disposent des pouvoirs psy.
  • Chitineux : insectes de la taille d’un chien, ils sont très populeux, les personnages chitineux travaillent en escouade de 5 individus (cela signifie que le joueur gère en fait un groupe de 5 individus).

Ces différents types ne sont pas homogènes et regroupent plusieurs races assez différentes. Les habitants de Paë n’ont donc rien d’humains et leur société est réellement étrangère à notre monde. Ils ne connaissent par exemple ni loisir, ni sexualité (excepté les hautes castes des Chitineux).

L’histoire et la géographie du monde créées par Ginkoko sont riches et foisonnantes. Voici les points que j’ai retenus :

  • Il y a 500 ans les habitants de Paë se sont éveillés sans souvenir et sans idée de leur origine
  • Ils se sont fait la guerre puis ont conclu un traité de paix encore en vigueur aujourd’hui qui limite les avantages respectifs des différentes races (exemple : les silicés se voient refuser les communications longue distance)
  • Les habitants de Paë s’intéressent à leurs origines mystérieuses pour lesquelles ils ont développé un tas de théories qu’ils ont formalisé dans des courants : les « Origions »  (contraction d’origines et religion).
  • Ils sont par ailleurs confrontés à un ennemi commun : des créatures vivant dans les profondeurs de la terre, les Askoneras.
  • Alors que les tensions recommençaient à monter, une météorite a écrasé la seule cité des diaphans resserrant les liens.

Parmi les différents états et régions, il faut noter l’existence de Quadris, une cité cosmopolite dirigée à parts égales entre Diaphans, Acchinides, Chitineux et Silicés. C’est dans cette cité que nos personnages résidaient.

Vous trouverez ici une présentation de l’univers par son auteur.

Pour ce one-shot, nous eûmes le choix entre un grand nombre de personnages. Je choisis un diaphan spécialiste de l’élément « feu » mais que rien n’empêchait de se transformer dans d’autres éléments si le besoin s’en faisait sentir et s’ils étaient présents dans l’environnement immédiat.

Nous eurent également 1 être champignon et 3 escouades de chitineux différents : des cafards tunneliers, des fourmis guerrières et des termites bâtisseuses.

Le système

Ginkoko a choisi de s’inspirer librement du système des Ombres d’Esteren pour motoriser Exenos. Il s’agit d’un système traditionnel Caractéristiques + Compétences. Les tests s’effectuent avec 2D6 + compétences contre difficulté. Pour simuler les spécificités de chaque race, nos personnages étaient dotées de compétences spécifiques (éléments pour mon personnage) et de pouvoirs « magiques » propres.

Nous avons pu tester le système de combat ayant été confronté à des bestioles mécaniques qui ont bien failli nous anéantir. J’ai trouvé que le système tournait bien, semblant néanmoins un poil trop touffu pour mes goûts.

Le scénario

Nous étions chargés par le Conseil de Quadris d’enquêter sur les raisons des problèmes d’adduction d’eau de la cité. Les sources d’eau qui alimentent la cité proviennent d’une région de non-droit où se réfugient de nombreux « marginaux ». Nous n’avons malheureusement pas beaucoup avancé dans cette intrigue.

 

C’était la première maîtrise de notre MJ sur Roll20 qu’il avait découvert quelques jours auparavant. Cela a largement perturbé le déroulement de la partie et cela sur deux plans : les recherches et échanges sur les fonctionnalités de Roll20 ont beaucoup ralenti la partie et l’absence de retour non-verbal au MJ ont contribué à une présentation de l’univers un peu trop longue.

Du fait de cette gestion du rythme, nous n’avons pas fait grand-chose en termes de scénario et d’intrigue ; l’aventure peut se résumer à une rencontre évitée et un combat. Pas palpitant, mais paradoxalement, je pense que cette partie un peu tronquée fut un bon test du jeu.

Trois aspects qui sont habituellement peu essayés dans nos parties non-euclidiennes ont été bien développés pour cette partie :

  • la présentation de l’univers : Grâce à la longue présentation de l’univers de Ginkoko, il a été possible d’entrevoir la richesse de l’univers créé. On peut le classer dans les univers à gros background. Etant fan de Glorantha, Jorune ou des Terres du Milieu, je ne vais pas cracher dans la soupe ! Autre point important, le point de départ de jouer des personnages qui ne sont pas humains est pris de façon plus radicale que dans d’autres jeux comme Insectopia (testé lors de la première mouture de la table non-euclidienne) : ici pas de taverne ou de bordels, il faudra trouver d’autres ressorts scénaristiques et d’autres éléments d’ambiance.
  • les règles de combat : ce combat qui devait être anodin a failli nous décimer, quelques jets de dés en-dessous de la moyenne, un équilibrage à ajuster et pof, le scénario peut partir en vrille, toute la magie et la difficulté du jeu de règles et des systèmes traditionnels !
  • les différents types de personnages : Ginkoko avait préparé de nombreux pré-tirés et nous avons pu ainsi voir la variété des possibles en termes de personnages. Bizarrement, personne n’a choisi de silicé, des sortes de « mecha » virtuellement immortels.

En conclusion, le jeu remplit son contrat. Il invite à incarner des créatures qui n’ont rien d’humain et à découvrir un monde à l’histoire riche et fondée sur le secret des origines. La carte de l’altérité est jouée avec radicalité, dans l’univers décrit mais aussi dans les personnages incarnés. Jouer une créature mécanique, un être intangible ou une escouade de 5 quasi-clones insectoïdes, peu de jeux vous proposent cette expérience !

Le système de jeu mérite d’être testé en campagne pour bien l’équilibrer et l’huiler. A mon humble avis, il gagnerait à être simplifié … mais c’est une question de goût.

J’invite donc Ginkoko à tester son jeu en campagne et à en publier une v0 sur son blog pour que d’autres s’en emparent.

 

PS : la section Table non-euclidienne du club

Le retour du MJ

 

Publié dans Testé pour vous

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Salut ici,

Une version alpha du jeu est désormais en ligne :
https://ginkoko.wordpress.com/telechargements-2/

Je continue d'y travailler pour fournir une version beta (oui, je connais l'alphabet grec !)

Des bises virtuelles :)
Répondre